La Chronométrie, une innovation majeure dans la tradition Breguet

Actualités

La Chronométrie, une innovation majeure dans la tradition Breguet

Il serait facile de dire que chez Breguet, on est innovant par tradition. Pourtant c’est vrai. Quand on parle d'Abraham-Louis Breguet, on pense tout de suite au tourbillon. Mais l’ADN s’est transmis de génération en génération dans la maison Breguet et l’on continue à réinventer l’horlogerie en imaginant de nouvelles solutions techniques à des problèmes concrets.

 

On n’innove pas pour le simple plaisir de présenter une montre plus complexe chez Breguet. Depuis la création de la maison à Paris, à la fin du XVIIIe siècle par Abraham-Louis Breguet jusqu’à maintenant, la maison n’a cessé de mettre au point de nouvelles solutions techniques, qui ont pour vocation d’améliorer les conditions de fonctionnent d’une montre pour une précision optimale ou d’offrir des indications complémentaires à celle de l’heure, utiles au propriétaires du garde-temps.

C’est ainsi que l’horloger – auquel les amateurs d’horlogerie attribuent spontanément l’invention du tourbillon – a été amené à faire progresser l’horlogerie de bien d’autres façons encore.

 

Une liste d’inventions pratiques impressionnante

De 1780 à la fin de sa vie, Abraham-Louis Breguet n’a pas simplement posé les bases d’un style néo-classique qui devait devenir la signature de la maison. Il a inventé l’horlogerie moderne. La liste des innovations qu’il fût amené à mettre au point – on en retrouve la trace dans ses précieux carnets conservés par les Archives de la maison, place Vendôme – retracent la genèse du remontage automatique (1780), du ressort timbre et de l’équation du temps (1785), du pare-chute (1790), du quantième perpétuel (1795), du fameux tourbillon (1801), du chronographe en 1820….

Beaucoup de ces complications vous sont familières, et pour cause. Toutes sont désormais des fondamentaux de l’horlogerie contemporaine, tout simplement parce qu’elles sont utiles, voire indispensables et jusqu’à maintenant… indépassables !

 

La chronométrie : une nouvelle pierre pour l’avenir de l’horlogerie ?

Si une invention comme celle de la Chronométrie (qui équipe le modèle éponyme dans la collection Classique, sous la référence 7727) a été possible, c’est grâce à la succession des avancées technologiques qui l’ont précédées. L’innovation est le produit d’un processus et d’une démarche permanente. Elle ne sort jamais du chapeau et ne se décrète pas.

Le 9 novembre 2010, Breguet a déposé le brevet d’un système permettant d’améliorer significativement la précision de la montre (-1/ + 3 s/j) en éliminant les frictions du balancier, en le rendant plus stable et insensible aux chocs susceptibles d’altérer sa régularité.

 

Le magnétisme au cœur du dispositif

Le magnétisme – comme l’eau – est l’ennemi intime de l’horloger. De fait, les progrès récents de l’horlogerie, avec notamment le silicium, on pour objet de neutraliser ses effets sur le fonctionnement du mouvement. Le paradoxe de la Chronométrie vient précisément de ce que c’est grâce à l’usage d’un pivot magnétique que l’on parvient à stabiliser l’axe du balancier et à l’isoler des chocs.

Si le silicium est désormais utilisé par un grand nombre d’horloger, c’est à Breguet que l’on doit la mise au point de l’échappement et de l’ancre en silicium. Une avancée qui a permis de mettre en œuvre ce système qui tient le balancier en quasi-lévitation et lui permet de se replacer instantanément dans la position parfaite en cas de choc, tout en réduisant les frottements au minimum.

Points de vente

Trouvez votre point de vente le plus proche et demander un rendez-vous

La Chronométrie, une innovation majeure dans la tradition Breguet

Il serait facile de dire que chez Breguet, on est innovant par tradition. Pourtant c’est vrai. Quand on parle d'Abraham-Louis Breguet, on pense tout de suite au tourbillon. Mais l’ADN s’est transmis de génération en génération dans la maison Breguet et l’on continue à réinventer l’horlogerie en imaginant de nouvelles solutions techniques à des problèmes concrets.

 

On n’innove pas pour le simple plaisir de présenter une montre plus complexe chez Breguet. Depuis la création de la maison à Paris, à la fin du XVIIIe siècle par Abraham-Louis Breguet jusqu’à maintenant, la maison n’a cessé de mettre au point de nouvelles solutions techniques, qui ont pour vocation d’améliorer les conditions de fonctionnent d’une montre pour une précision optimale ou d’offrir des indications complémentaires à celle de l’heure, utiles au propriétaires du garde-temps.

C’est ainsi que l’horloger – auquel les amateurs d’horlogerie attribuent spontanément l’invention du tourbillon – a été amené à faire progresser l’horlogerie de bien d’autres façons encore.

 

Une liste d’inventions pratiques impressionnante

De 1780 à la fin de sa vie, Abraham-Louis Breguet n’a pas simplement posé les bases d’un style néo-classique qui devait devenir la signature de la maison. Il a inventé l’horlogerie moderne. La liste des innovations qu’il fût amené à mettre au point – on en retrouve la trace dans ses précieux carnets conservés par les Archives de la maison, place Vendôme – retracent la genèse du remontage automatique (1780), du ressort timbre et de l’équation du temps (1785), du pare-chute (1790), du quantième perpétuel (1795), du fameux tourbillon (1801), du chronographe en 1820….

Beaucoup de ces complications vous sont familières, et pour cause. Toutes sont désormais des fondamentaux de l’horlogerie contemporaine, tout simplement parce qu’elles sont utiles, voire indispensables et jusqu’à maintenant… indépassables !

 

La chronométrie : une nouvelle pierre pour l’avenir de l’horlogerie ?

Si une invention comme celle de la Chronométrie (qui équipe le modèle éponyme dans la collection Classique, sous la référence 7727) a été possible, c’est grâce à la succession des avancées technologiques qui l’ont précédées. L’innovation est le produit d’un processus et d’une démarche permanente. Elle ne sort jamais du chapeau et ne se décrète pas.

Le 9 novembre 2010, Breguet a déposé le brevet d’un système permettant d’améliorer significativement la précision de la montre (-1/ + 3 s/j) en éliminant les frictions du balancier, en le rendant plus stable et insensible aux chocs susceptibles d’altérer sa régularité.

 

Le magnétisme au cœur du dispositif

Le magnétisme – comme l’eau – est l’ennemi intime de l’horloger. De fait, les progrès récents de l’horlogerie, avec notamment le silicium, on pour objet de neutraliser ses effets sur le fonctionnement du mouvement. Le paradoxe de la Chronométrie vient précisément de ce que c’est grâce à l’usage d’un pivot magnétique que l’on parvient à stabiliser l’axe du balancier et à l’isoler des chocs.

Si le silicium est désormais utilisé par un grand nombre d’horloger, c’est à Breguet que l’on doit la mise au point de l’échappement et de l’ancre en silicium. Une avancée qui a permis de mettre en œuvre ce système qui tient le balancier en quasi-lévitation et lui permet de se replacer instantanément dans la position parfaite en cas de choc, tout en réduisant les frottements au minimum.

Cliquez sur chaque bouton afin d’activer ou désactiver l’utilisation des cookies. Le bouton de couleur indique si les cookies sont actifs (bleu), ou inactifs (gris).
Les cookies garantissent une expérience de navigation optimale. En continuant la navigation sur ce site Internet vous acceptez leurs utilisations. Vous pouvez modifier les réglages afin d’activer ou désactiver chaque catégorie de cookies. Pour plus d’information, vous pouvez consulter nos conditions relatives à la protection des données.